Ailleurs

RD Technologies (Veynes) rejoint le Groupe Galilé

Dans les Hautes Alpes, elle était la dernière entreprise industrielle en activité. Menacée de disparition, l’entreprise RD Technologies rejoint le Groupe Galilé. Au passage c’est le sauvetage d’un beau savoir-faire….et d’une quarantaine d’emplois.

« Ne dites pas rachat, mais intégration lorsque vous parlerez l’entrée de RD Technologies dans le Groupe Galilé. Le but de l’opération n’est pas d’ajouter un fleuron à la couronne, mais de sauvegarder une technologie de pointe et d’élargir le champ de compétences de Galilé. »  C’est en ces termes que Eric Michoux a planté le décor, lors de la journée portes ouvertes sur RD Technologies, à Veynes, et symbolisant le renouveau de ce qui est la dernière entreprise industrielle en activité dans les Hautes-Alpes. Et qui possède, en outre, une filiale (CAR) dans la périphérie de Tours.

Créée en 1947, la société s’est fait une place de choix sur un marché très particulier des fours industriels de traitement thermique.  Conception, fabrication, amélioration, puis réparation et installation…RD Technologies intervient sur des équipements capables de monter à 1 200°et possède un service d’études performant, au plus près de sa clientèle. En 2015 le chiffre d’affaires était de 9 millions d’euros, mais devrait aller en croissant sur les exercices à venir, l’entreprise a un fort potentiel de développement.

En recevant Mme. Patricia Morhet-Richaud, sénatrice des Hautes Alpes, MM. René Moreau, maire de Veynes et Marc Ventre, premier adjoint en charge des affaires économiques et de nombreux élus et acteurs économiques du département, le président de Groupe Galilé a rappelé que l’intérêt porté à RD Technologies répond à la logique de développement du Groupe et que dans sa philosophie entrepreneuriale l’homme étant au centre de tout, l’intégration du savoir-faire des quarante salariés de RD Technologies est un plus non négligeable pour la synergie entamée et pour l’avenir de Groupe Galilé.

Désormais RD Technologies sera dirigée par Anthony Cherabieh, un jeune ingénieur creusotin qui, depuis 2010, était dans l’équipe dirigeante de Provéa

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté