Chalon sur Saône

L’ECC a une croisée des chemins dans la diversité

La qualité de production de l’Ensemble Choral Chalonnais s’améliorant au fil du temps, permet d’aller vers divers registres musicaux tout en gardant à l’esprit une grande oeuvre.

Réunis en assemblée général statutaire sous la présidence de Anne-Marie Perrin, à laquelle assistaient Dominique Rougeron, déléguée à la Culture de la mairie de Chalon-sur-Saône, Vincent Heutte président de l’USMC et Gérard Hochard, président de la Fédération musicale de Saône-et-Loire, les membres de l’Ensemble Choral Chalonnais (ECC) ont entendu les divers rapports d’activité, financier et moral d’usage.

Rien de bien particulier quant au bon fonctionnement de cette association connue et reconnue sur la place de Chalon-sur-Saône et ailleurs, si besoin est, grâce à ses prestations musicales de haut niveau. Une société musicale parmi les autres qui font la richesse culturelle de la ville en matière de musique « classique » s’il faut donner un qualificatif distinctif et qui mérite d’être entendu par un public plus nombreux lors des concerts.

Certes, comme toute association, l’ECC voit une légère baisse de son effectif, lié essentiellement à des mouvements professionnels et personnels. Il n’empêche que le choeur doit désormais travailler avec une soixantaine de choristes, dont la présidente a tenu à rappeler le Règlement Intérieur quant à la participation aux répétitions et aux week-end de travail.
Il est vrai que si l’on engage dans un choeur, comme dans tout autre action personnelle, sur la base d’une cotisation qui est désormais de 100€ pour l’année et pour une personne (couple 150€), on le fait pour son plaisir et l’on se doit, de ce fait, respecter et jouer le jeu afin de faciliter le travail de tous pour avoir un bon résultat final lors des concerts programmés, quelque soit le registre choisi par le chef de Choeur, en l’occurrence Thibaut Casters.

Un chef de choeur qui a fait savoir que son choix dans la programmation, en cours et à venir, représente pour lui et pour les choristes : « Une année très intéressante, qui change des autres, du fait de plusieurs programmes simultanés : des chants d’Europe de l’Est et de l’Europe du Nord; des chants pour Noël et la reprise de Mendelshon sans oublier l’instauration d’un petit groupe vocal permettant d’inscrire un registre supplémentaire dans nos concerts. »
Thibaut Casters a surtout mis l’accent sur une situation qui semble voir le choeur ECC à la croisée de chemins avec ces diversités : « Vous avez une belle énergie, une émulation mais qui a dissuadé certains, provoquant des absences et moins d’investissement. Je sais que le choix peut provoquer des réticences chez les choristes, mais si je choisis ces répertoires c’est tout simplement parce que vous avez progresser de façon flagrante et que cela ne remet pas en cause la qualité de votre travail. Nous avons aussi besoin de renouveler un public, en s’ouvrant sur autre chose et vous êtes les vecteurs de cette énergie qui vous anime. »On le comprendra être musicien c’est surtout aimé la musique et l’interpréter avec son choeur, de la difficulté naît la qualité et l’ECC se positionne bien dans le qualitatif.

Un soutien largement repris par les invités présents :  « L’ambiance qui règne au sein de votre ensemble, l’approche que vous faites de vos programmes ne peuvent qu’être soutenu par l’USMC. » soulignera Vincent Heutte.
De son coté Gérard Hochard a indiqué que : « Les bons chefs de choeur sont d’une race rare et ce sont des gens a qui il faut faire confiance sur le choix d’un programme car ils connaissent bien vos possibilités. » tout en annonçant la mise en place au sein de Confédération Musicale de France d’une carte de musicien procurant quelques avantages et de l’organisation du Congrès national de Confédération en avril 2017.
La conclusion est revenue à Dominique Rougeron au nom de la Municipalité chalonnaise : « Je retrouve des gens passionnés et je pense que vous ne prenez pas de risque avec votre chef de choeur. Le potentiel musical sur Chalon est vaste, ce qui n’est pas le cas dans d’autres villes comme la notre. Sachez aussi que les subventions ne seront pas diminuées cette année. »

JC Reynaud

Météo locale

Recherche

Mode et beauté