Chalon sur Saône

CONSEIL MUNICIPAL DE CHALON - Terreur, gâteau d'anniversaire et nombre d'amis... animent les débats entre Gilles Platret et Françoise Verjux-Pelletier

33 points à l'ordre du jour... et un long fleuve tranquille... sans fenêtre de tir susceptible de déclencher de passe d'armes. Mais c'était mal connaître nos élus locaux et avouons qu'ils n'ont pas joué à fleurets mouchetés ce mardi soir.

Rien ne semblait vouloir bouleverser la quiétude du conseil municipal jusqu'à la sortie de Gilles Platret sur le recrutement exercé par Christophe Sirugue au sein de son cabinet ministériel... et notamment en faisant appel à l'ancien Directeur Général des Services, parti entre temps exercer ses fonctions à Mayotte. 

"Pour capter la lumière, ya aussi le travail... alors travaillez au lieu de polémiquer, Mr le maire"

"En 2008, les électeurs avaient choisi comme maire un déjà député face à un démissionné de Saint Désert alors travaillez à temps partagé certes, mais  travaillez... pour les Chalonnais au lieu de vitupérer contre un Secrétaire d'Etat que vous vous arrangez pour ne pas citer (inauguration foire de Chalon sur Saône). Demandez lui son soutien et il répondra présent au nom de l'intérêt supérieur des Chalonnais. Tout son cabinet va se mettre au service des habitants parce que Christophe Sirugue a été là avant vous, comme d'autres, il a fait l'expérience des élus locaux. Il a porté des dossiers économiques et dans son cabinet, il y a des ingénieurs brillants et d'autres, des proches à lui, qui ont la connaissance du territoire, des élus locaux, de leurs difficultés... Et oui, Christophe SIrugue est entouré depuis 15 ans et plus pour certains par quelques amis fidèles, loyaux et en toute circonstance Mr. le Maire, dans les bonnes mais aussi dans les mauvaises. Je vous souhaite de pouvoir vous retourner dans 15 ans dans votre fulgurante accession de polémiste et de vous retourner et d'en compter quelques uns". 

Nathalie Leblanc - "Deux ans et demi après votre arrivée, vous poursuivez le dénigrement qu'on retrouve sur les réseaux sociaux, un dénigrement qui vise à masquer vos propres pratiques... Des services qui dysfonctionnement lourdement au grand jour, des agents malmenés, déconsidérés... des décisions prises dans l'opacité la plus complète, des emprunts refusés par les banques, jamais arrivé sous l'ancienne mandature, un service public affaibli. Vous préférez diviser les Chalonnais plutôt que les rassembler. Il est temps d'arrêter le dénigrement systématique de l'ancienne majorité et de balayer devant votre porte". 

La mise au point du maire de Chalon sur Saône

Le maire de Chalon en préambule à sa réponse à l'opposition, a pointé du doigt sans la citer Noémie Danjour et ses publications sur Facebook, "je note qu'il est plus facile d'être courageux derrière son clavier que derrière un pupitre et un micro"   a lancé le maire de Chalon sur Saône, "il me semble que les échos nauséabonds de votre page Facebook en disent long sur votre capacité à dépasser les bornes. Et si Monsieur Villeboeuf était là, il pourrait être associé à ces propos". 

Une précision du maire de Chalon sur Saône sur l'utilisation des réseaux sociaux qui pourrait s'appliquer à un certain nombre d'élus de la majorité et pas des moindres au regard de ce qui a été publié depuis plus de deux ans maintenant. En attendant, Christian Villeboeuf, hospitalisé à Lyon, et dont il n'en a pas faire mystère, appréciera la mise en cause. 

"On fête un anniversaire aujourd'hui... La dernière fois qu'il est venu à un conseil municipal, c'était le 29 septembre de l'année dernière. Ca fait un an qu'on ne l'a pas vu. Le coup du gâteau n'est pas sympa, mais faut le dire. Il a séché le conseil et là depuis qu'il a quelques responsabilités ministérielles, on a l'impression que l'ardoise est effacée, qu'on repartirait de zéro. Que les agents auraient oublié ce qu'il s'est passé, que vous croyez naivement qu'il y a une amnésie générale à Chalon sur Saône. On demandera à être jugé sur des actes et pas sur des procès d'intention. En 2014, le bilan a été sanctionné. C'était celui d'un management par le terreur (avant jusqu'à évoquer des tentatives de suicide selon le maire de Chalon - "Vous m'avez parfaitement compris !"). Si il faut que j'aille devant la justice, envoyez moi devant la justice, on ressortira des placards les situations. On ressortira les lettres laissées dans les services... nous sommes prêts à les ressortir. On aura tous les témoignages nécessaires si vous décidez de m'attaquer en justice. On n'a pas encore eu de bennes à ordure devant l'hôtel de ville (et pour cause le maire de Chalon sur Saône n'étant pas président du Grand Chalon). Vous me trouverez face à vous y compris sur facebook...!". 

Chaude ambiance.... 

Laurent Guillaumé

Plus d'infos plus tard sur info-chalon.com

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté