Chalon sur Saône

Les Policiers chalonnais soutiennent leurs collègues de Champigny et le Syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière répond à la Directrice Départementale !

En colère, ils dénoncent des faits qui deviennent récurrents : « En France, si tu es mineur, tu peux tout faire : frapper un flic, dépouiller une personne âgée, voler en toute impunité … par contre, si tu es un adulte et que tu fais un délit routier, on te donne le compte. Il faut que cela cesse! », a déclaré le syndicat.

On a bien compris que la coupe est pleine pour les policiers chalonnais. Ils en ont ras le bol ; des flics de terrain très déçus également par les propos à un média de leur Directrice Départementale, relatant une baisse des violences sur les fonctionnaires de Police du Département. Ils jugent que "depuis son bureau à Mâcon, elle est bien éloignée de la réalité du terrain".

Les délégués du syndicat confiaient à info-chalon.com: « Tout d’abord, aujourd’hui notre  présence à ce rassemblement était symbolique. Elle répondait à l’action nationale de solidarité pour nos collègues de Champigny victime de violences physiques. Nous sommes d’ailleurs déçus d’avoir constaté l’absence d’élus ou de toutes autres personnes venues nous apporter un peu de soutien en ces moments difficiles. Mais nous en profitons aussi pour passer un message sur la démotivation générale des policiers chalonnais qui travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles. Nous exigeons maintenant des réponses fortes de toutes les institutions, qu’elles soient politiques, de la Justice... Le problème concernant les mineurs est devenu pour nous un souci majeur ! Tous les jours et toutes les semaines, nous sommes victimes d’outrages, de rébellions, d’incivilités, d’agressions verbales, de menaces et de violences par des jeunes mineurs qui jouissent d’une impunité totale. Le pire, c’est que si nous répondons à ces jeunes, tout de suite, on parle de bavure. Du coup, on laisse tomber et on ne fait même pas remonter l’information suite à des contraintes administratives (rapports, témoignages…). Stop, çà suffit, il faut que cela cesse ! Il faut absolument changer ou modifier l’ordonnance de 1945. Les mineurs de 16 à 17 ans en 1945 ne correspondent en rien à ceux d’aujourd’hui. Cette nouvelle génération n’a peur de rien et n’a aucun respect pour l’autorité, quelle qu’elle soit! C’est pour cela que nous demandons qu’un mineur qui effectue des violences sur une personne dépositaire de l’autorité publique ou sur les forces de l’ordre, ne soit plus puni d’une simple « Convocation Judiciaire » mais directement par une « Comparution Immédiate » suivi d’une peine ferme. Nous voulons aussi que les peines soient appliquées et exécutées dans leur totalité. Si le mineur est récidiviste, ce qui arrive le plus souvent, nous voulons une révocation systématique des sursis et leurs applications. Nous sommes des flics de terrain et nous voulons travailler dans de bonnes conditions, sans se faire quotidiennement insulter par des jeunes délinquants qui ne cherchent que les affrontements, sachant qu’ils seront impunis. Pour en revenir sur les propos de notre Directrice Départementale dans les médias : Nous sommes très surpris et déçus ! Se baser sur des statistiques départementales, alors qu’il y a des faits graves de violences sur les policiers dans toute la France et qu’elles peuvent très bien arriver demain à Chalon, nous trouvons cela déplacé. On aurait préféré, qu’elle vienne partager avec nous ce que nous vivons habituellement dans les quartiers, cela aurait été plus judicieux et plus approprié, pour justifier ses réponses aux médias. Heureusement que nous avons un Commissaire à la hauteur et à notre écoute et qui n’hésite pas à nous soutenir et venir nous épauler sur le terrain. La meilleure police, ce n’est pas celle des statistiques, celle du chiffre (obligation de faire des PV un 25 décembre) où assis derrière un bureau, mais sur le terrain pour assurer la sécurité et les biens de nos concitoyens! ».

J.P.B

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche