Chalon sur Saône

Du cinéma au théâtre, Claire Devers s'est installée pendant quelques jours à Chalon-sur-Saône, le temps de sa résidence à l'Espace des Arts, entourée de comédiens formidables !

Philippe Torreton, Marie Rémond, Julie-Anne Roth, Baptiste Dezerces et Serge Larivière, présents à Chalon-sur-Saône depuis le début d'année, se partagent l'affiche de "Bluebird", une pièce puissante et émouvante, à voir absolument ! Rencontre avec la metteure en scène...

Rendez-vous est donné à 12h30 au Petit Moulin, petite annexe du Théâtre du Port Nord qui tient lieu, pour l'occasion, de salle de restauration pour la troupe durant sa résidence. Derrière les fourneaux, Yuna et son excellente cuisine que j'aurais - avantages du métier - la chance de déguster en compagnie de la réalisatrice et scénariste Claire Devers, caméra d'or 1986 décernée à Cannes et qui s'est fait connaître du grand public avec Max et Jérémie où elle dirigea Philippe Noiret, Christophe Lambert, Jean-Pierre Marielle, Michèle Laroque et Karine Viard. Pour ses films, elle sait, depuis ses débuts, s'entourer de talentueux acteurs et comédiens : Béatrice Dalle dans Chimère (Sélection officielle au Festival de Cannes), Denis Podalydès dans le téléfilm La voleuse de Saint-Lubin et dans le film Le pendu, Bernard Giradeau, Miki Manojlovic, Audrey Tautou et Marie Trintignant en 2002 dans Les Marins perdus, projeté à La Bobine mardi dernier qui, profitant de la présence de la réalisatrice à Chalon-sur-Saône, a organisé une rencontre. Elle a travaillé également, en 2011, pour son film Rapace avec Grégory Gadebois, César du meilleur espoir masculin en 2012 pour son interprétation dans Angèle et Tony ; d'ailleurs, Claire Devers, pour Bluebird, sa 1re mise en scène théâtrale, lui avait confié le rôle principal, celui de Jimmy, mais suite à un problème de calendrier, c'est Philippe Torreton, qu'elle connaît depuis sa sortie du Conservatoire, qui le remplacera. "Quand Grégory Gadebois m'a fait part de son impossibilité de jouer dans la pièce, dans la seconde, nous avons pensé à Philippe Torreton !", nous confie-t-elle. 
 
 
Habituée à tourner dans ses films avec des talents pourtant issus du théâtre, "Du cinéma à la mise en scène théâtrale, tout si est différent !", nous déclare-t-elle.
 
Au théâtre, Claire Devers y songe depuis 1994. "C'était en Afrique du Sud, je castais pour un film un groupe du Market Theater à Johannesburg, c'est cette troupe et ce théâtre qui m'en ont donné envie !" Un vrai déclic mais son attirance pour le théâtre - pour les gens de théâtre - est là depuis toujours : "Même si mon désir d'écriture est essentiellement cinématographique, je voue une véritable fascination pour l'acteur ; j'ai besoin d'aller voir l'acteur au théâtre. À ma sortie de l'IDHEC (Institut des Hautes Études Cinématographiques), je suis allée avec les jeunes issus du théâtre, notamment ceux ayant travaillé avec Chéreau comme Vincent Perez, Francis Frappat. Je me sentais bien avec leur rapport au texte mais c'est bien le cinéma qui m'a emmenée au théâtre", souligne-t-elle. Et parmi les comédiens de la pièce Bluebird, aucun ne fait exception : Philippe Torreton que l'on ne présente plus, ancien pensionnaire de la Comédie Française, César du meilleur acteur en 1997, Molière du meilleur comédien dans le théâtre subventionné en 2014 ; Marie Rémond, Molière de la révélation féminine en 2015 ;  le jeune Baptiste Dezerces, promis à un très bel avenir ; Serge Larivière ayant joué dans une vingtaine de pièces et magnifique, au cinéma, aux côtés de Jean Rochefort et de Samuel Benchetrit dans J'ai toujours rêvé d'être un gangster et enfin Julie-Anne Roth, metteure en scène, auteure, réalisatrice et actrice ayant joué dans les films de Cédric Klapish, Alexandre Astier... Tous ont une passion dévorante pour le théâtre et plusieurs cordes à leur arc.
 
Bluebird, d'après Simon Stephens, est un texte fort qui dresse les portraits d'individus brisés ; "le porter à la scène relève du défi", nous confie Claire Devers.
 
"C'est du théâtre anglais contemporain que je voulais mettre en scène", nous précise Claire Devers, "mais c'est en général un théâtre qui n'apaise pas. Or, je voulais qu'il y ait une lueur d'espoir et c'est ce que j'ai trouvé dans le texte de Simon Stephens qui va très loin dans les émotions - il y a une extrême émotion et cruauté - mais quelque chose est dit et apaisé. Je voulais également un théâtre qui raconte une histoire, iI y a un déroulé, une expérience". Les scènes se déroulent dans un taxi, conduit par Jimmy, les clients vont et viennent et racontent des fragments de vie. On découvre également, par le biais de ces anonymes, ce personnage, Jimmy, confident et consolateur, interprété par Philippe Torreton qui nous prend aux tripes. "Je ne me voyais pas enfermer les acteurs dans de la tôle car l'action se déroule exclusivement dans une Nissan Bluebird", souligne la metteure en scène. Pour pallier ce problème, elle a dû imaginer une scénographie qui permet de sortir les personnages du taxi. Si venir du cinéma propose des solutions, elle voulait que ces dernières restent théâtrales et, surtout, elle ne voulait pas faire de réalisme, de naturalisme. Pour la représentation de la ville, elle s'est inspirée des photographies de Saul Leiter dont le but n'a pas été d’illustrer la vie urbaine mais d’en rechercher la complexité, la fugacité. Bluebird est une expérience violente au plateau mais "ces personnages restent vivants", insiste-t-elle. La pièce traite de survivance et c'est, très certainement, ce qui a séduit Claire Devers qui frappe-là, encore une fois, fort avec cette création, production Espace des Arts, scène nationale Chalon-sur-Saône.
 
 
Pour voir la pièce Bluebird : MARDI 16 JANVIER À 20H - MERCREDI 17 JANVIER À 20H - JEUDI 18 JANVIER À 20H - AU THÉÂTRE DU PORT NORD À CHALON-SUR-SAÔNE.
 
 
Visuels et photos transmis par Communication Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône - Crédit photo portrait Claire Devers : Nathalie Eno

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche