Chalon sur Saône

Départ imminent à l'Arrosoir à Chalon-sur-Saône

La salle de concert jazz et musiques de traverse va subir un changement de décor et les fauteurs de troubles ne sont qu'Aude Husson-Patru et Fanny Chamboredon, suivies par de fidèles acolytes et musiciens invités. De l'ancienne prison aux stations de métro, il n'y a qu'un pas. Rencontre sur le quai...

Jeudi 18 janvier - La pluie s'abat sur la ville, il fait froid et mon parapluie ruisselle de toute l'eau tombée du ciel sur mes chaussures, désormais détrempées. Ce temps m'oblige à accélérer le pas, je dévale les escaliers, m'enfonce dans une bouche de métro... J'ai oublié de vous dire, cela se passe à Chalon-sur-Saône. Une station de métro à Chalon-sur-Saône ? Parfaitement ! D'ailleurs, j'ai mon ticket en poche. Vous voulez vérifier par vous-même ? Rendez-vous samedi et dimanche à la STCAC (Société des Transports en Commun de l'Arrosoir et du Conservatoire) qui a pris place dans les caves voûtées de l'ancienne prison ; avouez que comme décor, il n'y avait pas mieux pour implanter une station de métro et voyager... 

La création "Transports en commun" présentée ce week-end à L'Arrosoir est une grosse production qui a demandé un travail intense de la part d'Aude Husson-Patru, Professeure de chant musiques actuelles et technique vocale, de Fanny Chamboredon, élève de 3ème cycle court classe de chant musiques actuelles du Conservatoire du Grand Chalon. Pour cette dernière, l'enjeu est de taille puisqu'elle mène ce projet de A à Z, à la fois au niveau de la production en tant qu'artiste de scène, et en ce qui concerne la direction artistique. "C'est tout là l'objectif de cette formation dispensée au Conservatoire du Grand Chalon. C’est aussi de faire en sorte que les chanteurs puissent être un relai dans les associations. Cela leur permet de mieux comprendre et de voir comment tourne une salle, comme c'est le cas avec L'Arrosoir, partenaire privilégié qui nous accueille régulièrement", nous explique Aude Husson-Patru autour d'un café pris dans "le nouveau Café de la Gare", avant de poursuivre : "Ces actions sont menées avec l'Arrosoir mais aussi avec La Taverne à Saint-Rémy ou encore à Givry. Le but est également de travailler avec tout le tissu culturel local comme avec LaPéniche ou bien La Méandre...".

Un spectacle construit autour d'une scénographie de qualité et qui entraîne dans son sillage 25 personnes !

"La présence de Fanny rend cette production possible. Participent également à ce grand projet des chanteurs de la classe chant musiques actuelles du Conservatoire du Grand Chalon et 4 danseuses de la classe de Lysiane Magnet. Nous avons bénéficié également de la collaboration gracieuse, en ce qui concerne la décoration, de Frédérique Abillama. Nous avons également demandé l'écriture de textes, la création de fichier son, le tout mobilisant une joyeuse équipe. Un travail de design sonore a également été réalisé", s'enthousiasme Aude Husson-Patru. "Notre objectif a toujours été d'aller vers la pluridisciplinarité et de faire appel à des ressources extérieures pour apporter plusieurs couleurs", poursuit Fanny Chamboredon. Il est vrai que le Conservatoire du Grand Chalon aime à cultiver la transversalité afin de faire se rencontrer les disciplines, voire les croiser.

L'Arrosoir se transforme donc, le temps d'un week-end, en station de métro. 

"L'idée d'un spectacle me vient toujours par rapport à la configuration du lieu où il va être présenté, de l'atmosphère qui s'en dégage mais aussi de la prise en compte des éléments acoustiques, architecturaux... La configuration en caveau qu'offre L'Arrosoir m'a fait penser aux transports en commun. Il y a une importance du cadre. Cette salle permet beaucoup de choses, notamment de par la proximité qu'elle induit avec le public. Nous avons donc imaginé un voyage dans une rame de métro où la scène sera le quai et où les spectateurs seraient assis dans le métro ; imaginaire et réel se mélangent. Il y a une arrivée, un but et on a construit cela en cherchant des univers différents par rapport à chaque station où nous allons nous arrêter. On embarque les spectateurs dans notre wagon", nous explique Aude Husson-Patru. 

Besoin de dépaysement ? On vous attend nombreux ce week-end !

Samedi 20 janvier à 20h et dimanche 21 janvier à 18h - Tarif unique : 3 euros - Informations et réservations : resa@arrosoir.org 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche