Champforgeuil

Championnat national de parachutisme militaire et des clubs de la Défense - La fine fleur de la discipline réunie à Champforgeuil

L’aérodrome de Chalon-Champforgeuil aura été l’hôte, pendant sept jours, du Championnat national de parachutisme, d’une part de la Fédération des clubs de la Défense, d’autre part militaire. Avec la fine fleur hexagonale présente pour l’occasion.

C’est par des conditions climatiques quasi-parfaites que s’est déroulé, tout au long de la semaine, le championnat hexagonal de parachutisme. Cela concernait non seulement les militaires mais aussi la Fédération des clubs de la Défense.

Deux championnats distincts

Maison mère du sport militaire français, le Centre National des Sports de la Défense est en charge de l’entraînement physique militaire et sportif dans les trois armées et la gendarmerie nationale. Tous les spécialistes du sport de la défense sont formés au sein de l’Ecole Interarmées des Sports et de l’Ecole militaire d’Equitation. Il participe aussi à la reconstruction par le sport des blessés de la Défense et de la gendarmerie. Le CNSD contribue au développement de la pratique du sport de haut niveau au sein du ministère de la Défense avec l’Armée de Champions et du sport d’Elite en participant à l’organisation des compétitions nationales et internationales militaires.

Quant au championnat de France militaire, il consiste à promouvoir et à développer le sport en interne, indispensable pour le ministère de la défense. La condition physique est une nécessité opérationnelle pour tous ses membres. Les armées se reconnaissent dans les valeurs liées au développement du sport : courage moral et physique, goût de l’effort et dépassement de soi, respect de l’adversaire, loyauté au combat, cohésion et sens du collectif. Ces valeurs sont véhiculées par la compétition, moteur de la pratique sportive, facteur dynamisant et indissociable de l’entraînement physique. Au même titre que les échéances d’exercices opérationnels ou que les Contrôles de la Condition Physique du Militaire (CCPM), la compétition militaire est un moyen supplémentaire de séquencer l’entraînement physique militaire et sportif par des rendez-vous périodiques. C’est aussi un formidable outil de cohésion des unités et des équipes par l’opportunité des échanges produits.

Deux disciplines différentes

Au programme de ces deux championnats,, il y avait les deux disciplines les plus pratiquées parmi les douze existantes du parachutisme sportif : le vol relatif et la précision d’atterrissage, en individuel et par équipe. Le vol relatif est la discipline la plus pratiquée en France. Elle consiste à réaliser, à plusieurs et en chute, le plus grand nombre possible de figures. Le largage s’effectue à 4.000 mètres. Les compétiteurs ont environ quarante secondes pour réaliser les figures imposées, les cinq premières secondes étant neutralisées après la sortie d’avion. Cette discipline, en compétition, exige une bonne technique individuelle de chute libre adaptée à celle des partenaires et beaucoup de tonicité. Elle développe aussi énormément l’esprit d’équipe.

Pour sa part, la Précision d’Atterrissage est la plus ancienne des disciplines du parachutisme sportif. C’est une épreuve d’adresse où la concentration, la technique de pilotage et l’analyse des conditions météo sont déterminantes. Les compétiteurs sont largués à une hauteur d’environ 1.000 mètres, en individuel ou par équipe. Ils viennent se poser sur une cible mesurant deux centimètres de diamètre, matérialisée par un petit cercle jaune de la taille d’une pièce de dix centimes d’euro. Chaque saut est unique à gérer, les conditions météo et paramètres de vol changeant en permanence. Toucher cette cible s’appelle communément faire un carreau. Pour l’atteindre, le compétiteur vise la mire avec le talon de sa chaussure dont l’ergonomie est personnalisée.

Quatre-vingt-dix participants

Tout au long de la semaine, ce sont quelque quatre-vingt-dix participants qui se sont affrontés lors d’épreuves seulement perturbées jeudi par le vent violent qui soufflait. A savoir sept équipes et dix individuels en Précision d’Atterrissage ainsi que onze formations en Vol Relatif. On y retrouvait, au départ, aussi bien le soldat de base que le général quatre étoiles de corps d’armée. On aura également remarqué la présence de la formation Suisse de Triengen, habituée aux étapes de Coupes du monde de Précision d’Atterrisage. Mais aussi la toute jeune équipe locale des Long Cats Parachutisme 71. Deux collectifs que nous vous présenterons plus en détails d’ici à quelques jours. Au-delà du pur résultat, toujours important, c’est l’esprit de corps révélé tout au long de la compétition qui était, aux yeux des organisateurs, le plus important

P.M.

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche