Culture

Thomas Vieublé, cheville ouvrière de la troupe d’improvisation gergotine, est prêt à vous transmettre le virus de l’impro

Originaire de Gergy, Thomas Vieublé anime depuis quelques années déjà une troupe de théâtre un peu particulière, celle-ci pratiquant plus particulièrement l’improvisation. En cette rentrée 2017, il reprend son bâton de pèlerin pour faire découvrir sa passion. Info-chalon.com l’a rencontré.

Thomas Vieublé, pour quelques-uns qu’il a initiés au très en vogue « loup garou pour une nuit » lors du Festival du jeu de Bey cet été (1), c’était « Monsieur Loup-Garou ». Depuis, ils l’appelaient d’ailleurs amicalement ainsi. Mais s’ils avaient su plus tôt que ce conteur de talent était aussi à l’origine d’un club qu’il a monté à la force du poignet au sein du Foyer rural de Gergy, ils l’auraient peut-être plus sûrement appelé « Monsieur Impro ».

Thomas Vieublé a contacté votre infochalonniste de service cet été, tandis que ce dernier était en train de s’éclater – dans tous les sens du terme… – avec un canoé, des rapides et…quelques rochers ayant la fâcheuse tendance à emboutir son embarcation. Malgré cette « prise de contact » un peu chaotique, rendez-vous a été fixé avec lui pour parler de la troupe qu'il anime, et info-chalon.com a eu le plaisir de rencontrer un homme à la passion pour le moins contagieuse. Car Thomas Vieublé est un passionné. Un passionné de théâtre et, surtout, par-dessus tout même, d’improvisation.

« L’impro », une épidémie virale qui ne cesse de progresser

Le théâtre, Thomas Vieublé l’a vraiment découvert au lycée Hilaire de Chardonnet de Chalon-sur-Saône, établissement réputé, entre autres choses, pour sa fameuse option du même nom. Puis, comme tout un chacun une fois ces années-là révolues, il a continué son bonhomme de chemin, commencé de faire sa vie. Sans toutefois se désintéresser de la scène, des projecteurs, de l’art de faire passer des émotions par le corps, la gestuelle, les expressions du visage ou encore l’intonation de la voix.

Même s’il avait déjà tâté de « l’impro », comme il dit, c’est en allant voir L’Alibi (2), l’Association libre d’improvisation bourguignonne de Saint-Apollinaire (à côté de Dijon), que le virus de « l’impro » lui a été définitivement inoculé. Et, depuis, il n’a de cesse de le transmettre à son tour à un maximum de personnes. Ce dont votre infochalonniste, qui se demande s’il n’est pas lui-même contaminé, peut témoigner…

Investi par la fièvre de « l’impro », Thomas Vieublé a d’abord tenté de la pratiquer avec d’éventuels clubs locaux du Chalonnais. Mais cela s’est vite révélé compliqué. « Compliqué » car s’il y en eu, des clubs, au moment où la fièvre s’est emparée de lui, ce n’était plus vraiment le cas. Alors, Gergotin d’origine, il a eu l’idée de « monter » un groupe sur Gergy et s’est adressé à la mairie, qui l’a dirigé tout droit vers la structure chapeautant un peu toutes les associations de la commune : le Foyer Rural, une sorte d’essaim où s’activent de nombreuses « abeinévoles » s’adonnant à de nombreuses activités comme la danse (3) ou, désormais, « l’impro ». Car, après sa rencontre avec le président du Foyer en juin 2014, Jean-Pierre Goudier, Thomas Vieublé a eu immédiatement le feu vert de la part de celui-ci pour mettre sur pieds une nouvelle ruche, celle où bourdonnent désormais de nombreux fanas d’improvisation.

Création d’une troupe « d’impro » à Gergy, avec le Foyer rural

Cette carte blanche obtenue, Thomas Vieublé a alors passé un été pour le moins « rock n’roll ». En effet, être passionné « d’impro » n’implique pas nécessairement qu’on sache l’enseigner ou animer un groupe : « l’improvisation ne s’improvise pas », dit-il, en écho à Gil Galliot (4). Conscient de cela, il a alors « bûché tout l’été pour préparer des cours, avec l’aide des membres de L’Alibi, qui se sont naturellement mis à sa disposition ». « Naturellement » car, figurez-vous que les fanas d’impro forment, comme les punks dont on vous parlait il y a peu sur info-chalon.com (5) ou d’autres « tribus », une « grande famille », sur laquelle on peut toujours compter, surtout si c’est pour compter de nouveaux membres au final. Presque une confrérie, avec ses codes, une solidarité, des épreuves. Une sorte de système de compagnonnage limite calqué, en plus souple peut-être, sur les corporations d’Ancien Régime ou, plus près de nous, l’association ouvrière des compagnons du devoir et du tour de France. Une sorte de société de vie et de pensée, non secrète, avec des championnats aux intitulés très anglo-saxons de par les origines de ce monde-là : les « battles », le « hockey »****, le catch d’improvisation.

Ses « manuels d’improvisation théâtrale » et ses bouquins du pape de « l’impro » (Keith Johnstone) refermés, ses exercices testés et rôdés, Thomas Vieublé s’est alors lancé à la rentrée 2014. Et, depuis 3 ans, il transmet le virus autant que faire se peut et…s’apprête d’ailleurs à le faire cette année encore, avec la foi du charbonnier.

Une activité qui change positivement ceux qui la pratiquent

Et le théâtre traditionnel, dans tout ça ? Il le pratique encore et assiste également à nombre de spectacles. Mais, comme il le dit en rigolant, avec le théâtre d’improvisation, « je suis passé du pétard à la coke ». C’est-à-dire ? Tout simplement qu’avec « l’impro », qui « consiste à créer une histoire en instantané de façon collective » (Thomas Vieublé), les sensations et le plaisir de jouer sont selon lui décuplés. Ne pas comprendre, bien sûr, qu’il aurait sombré dans la drogue dure, après avoir épuisé le potentiel de celles, plus douces, permettant d’élever la fumette au niveau d’un art de vivre. Pas le genre.

« Plaisir », « sensations » fortes… A écouter Thomas Vieublé, « l’impro », ce n’est que du bonheur en barre. Pourtant, durant l’entretien, il a surtout été question de « travail », de « fatigue » ou encore d’ « épuisement » au sortir d’une séance, d’une battle ou d’un catch d’improvisation. Du coup, votre infochalonniste s’est étonné de sa passion pour une activité qui, a priori, après une journée ou une semaine de taf, vous laisse à l’état de pure loque humaine. D’où une interrogation sur ce que lui apportait en contrepartie « l’impro ». Sa réponse a alors fusé : « ça permet de vraiment rencontrer des gens dans ce qu’ils ont de plus spontané », d’ « acquérir de la confiance en soi », d’ « être du coup bien dans sa vie ». Après quelques instants de réflexions, il a ajouté que, en plus, « ça t’apporte beaucoup de culture générale, en raison de la connaissance de nombreux milieux, situations et genres que tu dois connaître pour improviser de façon crédible ». Quant à la fatigue que l’on ressent au sortir d’une séance, « c’est de la bonne fatigue, celle que tu ressens quand tu t’es bien vidé la tête après avoir rigolé pendant 1 h 30 ».

Ce qui favoriserait cela ? A l’écouter, « L’esprit » de ce monde finalement très familial, dans le sens noble du terme, de « l’impro ». Dans ce monde-là, « où l’on fait consciemment semblant d’être en compétition pour les gens qui nous regardent », il n’y a en fait pas de compétition et ce qu’on appelle ainsi dans la vie de tous les jours se vide de son venin. Habituellement pointé ou montré du doigt, « l’échec est valorisé », car il permet de s’améliorer collectivement, donc individuellement. Et ce n’est peut-être d’ailleurs pas un hasard si, depuis quelques temps, de plus en plus d’entreprises font appel à des sortes de coach d’improvisation pour améliorer le climat (mais aussi la productivité) de leurs équipes.

Le virus dont semble être atteint Thomas Vieublé vous intéresse ? Vous souhaitez vous le faire inoculer dans les règles de l’art ? Allez donc faire un tour à la Gergy ce samedi 9 septembre. Dans la salle Delorme, le Foyer rural de Gergy procèdera aux inscriptions des membres des activités qu’il propose, entre 10 et 12 hrs. Thomas Vieublé y sera et vous pourrez largement trouver le temps de vous faire convaincre de tenter « l’impro ».

Samuel Bon

 

Pour en savoir plus sur la TIG (troupe d’improvisation gergotine) :

https://www.facebook.com/TIGimpro/ 

Inscriptions aux activités

Samedi 09 Septembre

Salle Delorme

10h00-12h00

Informations: 06.52.71.44.94

 

 (1)Lire l’article d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/saone-doubs-bresse/2017/07/11/31461/30-heures-du-jeu-de-bey-un-public-au-rendez-vous-malgre-la-meteo/

(2) Pour plus d’infos, consulter leur site :

http://alibi-impro.blogspot.fr/

(3) Voir les reportages d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/nord-de-l-agglomeration/2017/05/27/30414/gergy-surprenant-gala-de-danse-annuel-du-foyer-rural-1/

http://www.info-chalon.com/articles/nord-de-l-agglomeration/2017/05/27/30415/gergy-surprenant-gala-de-danse-annuel-du-foyer-rural-2/

(4) « Préface » à IMPRO. Improvisation et théâtre, de Keith Johnstone, éditions Iparema, 2014, p 9

(5) Lire l’article d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/cote-chalonnnaise/2017/08/04/31792/reunion-de-la-grande-famille-des-punks-a-genouilly-les-11-et-12-aout/

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche