Economie

La Région Bourgogne-Franche Comté et VNF ont signé une convention pour moderniser et développer touristiquement les voies navigables de Bourgogne-Franche-Comté

Ce lundi matin, au Port de Chagny, Patrick Ayache, vice-président de la Région chargé notamment du tourisme, et Thierry Guimbaud, directeur général de Voies navigables de France (VNF), ont signé une convention-cadre pour moderniser et développer touristiquement les voies navigables de Bourgogne-Franche-Comté.

Accueillis par le maire de Chagny, Michel Picard, qui a dressé un tableau panégyrique de la commune aux destinées desquelles il préside, les responsables de la Région et de VNF ont détaillé, avant de la signer devant l’assistance, le contenu d’une convention partenariale pour moderniser et développer touristiquement les voies navigables de Bourgogne-Franche-Comté.

Partant du constat que la région jouit d’un réseau fluvial unique et remarquable de 1200 km – connecté à l’Île-de-France, à l’Alsace, au Grand-Est et à l’Auvergne-Rhône-Alpes – et qu’elle est irriguée d’importantes voies navigables, Philippe Lancelle (directeur du tourisme de la Région) et Bertrand Specq (directeur territorial Centre Bourgogne de VNF) ont d’abord noté que ce réseau fluvial offre de nombreuses possibilités de découvrir le territoire « sur l’eau ». En effet, la location de coches de plaisance (bateaux habitables sans permis), les bateaux-promenade (avec ou sans restauration), la croisière fluviale (paquebots fluviaux navigant sur la Saône et péniches hôtels), la plaisance privée, comme toutes les activités de loisirs qui tirent parti de la présence de la voie d’eau (vélo-tourisme), sont autant d’opportunités pour des touristes de découvrir la région. Et c’est justement parce qu’ils sont conscients du potentiel économique que représentent les voies navigables de notre région pour tous les territoires qu’elles irriguent, au sens littéral comme au sens figuré, que VNF, gestionnaire des canaux et rivières navigables, et la Région, cheffe de file du développement économique, ont décidé de signer une convention-cadre pour la modernisation et le développement touristique des canaux au profit de ces clientèles itinérantes, qui devrait favoriser les retombées économiques localement, notamment la création d’emplois non délocalisables.

Ceci fait, ils ont présenté l’objet de la convention-cadre. Celle-ci concerne toutes les voies navigables de Bourgogne-Franche-Comté : le canal de Bourgogne, le canal du Nivernais, le canal du Centre, la Seille navigable, l’Yonne (en amont et jusqu’à la confluence de la Seine), la Saône, le canal entre Champagne et Bourgogne, le canal du Briare, le Doubs et le canal du Rhône au Rhin, le canal des Vosges. Elle établit des objectifs : améliorer l’accueil et le service aux clientèles itinérantes ; valoriser le patrimoine de la voie d’eau et favoriser sa promotion ; accompagner les actions d’innovation.

La mise en œuvre desdits objectifs de cette convention-cadre, d’une durée de cinq ans (2017-2021), devrait permettre, selon Thierry Guimbaud (directeur général de VNF) et Patrick Ayache (vice-président de la Région) de consolider et de développer l’attractivité de la Bourgogne-Franche-Comté et d’en faire, en Europe, une destination touristique majeure du tourisme dit « fluvestre », c’est-à-dire « sur et autour de l’eau ». Et, pour mettre toutes les chances de leur côté, la Région, dans le cadre d’une programmation établie chaque année, accompagnera le programme d’investissement sur la voie d’eau par une dotation annuelle d’un million d’euros, tandis que VNF réservera une enveloppe annuelle de 4 millions d’euros.

Samuel Bon

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche