Opinion de gauche

François Patriat claque la porte du Parti Socialiste et s'en explique ...

Le Sénateur de Côte-d'Or et ancien Président de la région Bourgogne pointe «le désert ruiné des partis».

Mes amis socialistes semblent découvrir bien tard l’évidente impasse des primaires : où est la dynamique de campagne du candidat du parti socialiste ? Où est le rassemblement avec ce concert d’invectives et d’excommunication ? Très tôt aussi, j’avais dénoncé le système des primaires.

 

Dans le contexte actuel, elles ne pouvaient qu’enfermer les candidats dans le désert ruiné des partis. Une impasse qui, loin de rassembler a confirmé l’entre-soi.
Dès le 6 avril à Amiens, pour le lancement d’En Marche ! j’avais pour ma part effectué le choix du cœur ! Et la suite que chacun connaît nous a donné raison. Certains pensent que c’est d’avoir tort que d’avoir raison trop tôt. La formidable performance d’Emmanuel Macron hissé à l’avant du peloton des candidats, porteur d’un véritable espoir de changement, prouve que la vision et l’anticipation sont les conditions de la réussite. Emmanuel Macron a su tracer une voie avec calme, détermination et sang-froid, à son vrai niveau. Dépassant un clivage droite/gauche incapable de réaliser les réformes nécessaires, il porte le projet transformateur dont a besoin notre pays : construire une économie de plein emploi, une société ouverte, une démocratie rajeunie, un vrai projet européen.
La raison a un cœur que le cœur n’ignore pas. Mon soutien sans faille à Emmanuel Macron ne saurait être réduit à un choix d’utilité. C’est avant tout un choix d’efficacité. Il n’est pas qu’un rempart contre la tentation de l’extrémisme. Il a le meilleur programme inspiré par la meilleure vision. Emmanuel Macron c’est le projet Révolutionnaire en 5 R : Rupture avec la logique d’affrontement - Redistribution des cartes politiques - Renouvellement des acteurs - Refondation du pacte social - Rassemblement des progressistes.
Ce rassemblement s’opèrera dans la clarté et la transparence autour du programme du candidat. Il sera le fait de soutiens individuels sans garantie d’investiture et sans altération des propositions.?Il est des moments où la fraternité souffre trop de sarcasmes. Lassé des quolibets, des invectives, des injures, révolté par les insinuations et la mauvaise foi, j’ai décidé de prendre définitivement mes distances. Je quitte ce jour même le Parti Socialiste pour me consacrer pleinement à En Marche !

François PATRIAT
Ancien Ministre
Sénateur de la Côte-d’Or
Membre de la Commission des Finances

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche