Opinion de gauche

"L’urgence des législatives : Faire barrage partout au vote FN" pour le député Philippe Baumel

Le scrutin présidentiel a marqué une fracture forte dans notre société. Jamais le vote Front National n’a été aussi haut dans notre pays, notamment dans notre ruralité en Saône-et-Loire.

L'urgence démocratique dans notre proximité exige de nous tous une analyse précise, sans concession et sans démagogie. Il ne s'agit pas de stigmatiser mais de construire des solutions, pas de justifier mais d'agir. Pourquoi ?

Parce que nous savons maintenant que ce mandat de 5 ans qui s'ouvre est le dernier pour être utile et éviter que le FN ne devienne aux yeux d'une majorité le recours, la solution.

Les racines du mal et du malaise sont assurément dans une crise économique et sociale dont la durée est sans précédent. Le chômage ne recule que peu, voire pas dans certaines parties de notre territoire et notamment dans une part de notre ruralité. Le modèle économique de la principale activité de nos espaces ruraux, l'agriculture, est à bout de souffle. Exploitations peu ou pas solvables, producteurs injustement dénigrés et pressurés par une filière dont ils sont l'essentiel et qui pourtant les contraint toujours plus, leur confisquant tous les profits pour mieux transférer la plus grande part des marges vers la grande distribution. A cela, s'ajoute le sentiment du déclassement probable de ceux qui, par manque d'emploi, parfois de formations, sont durablement plongés dans un chômage de longue durée qui les laisse exsangues économiquement et humainement. Et, comme si cela ne suffisait pas, le reflux de certains services publics, les dangers de la désertification médicale notamment, sont les grands traits des angoisses qui traversent le quotidien des citoyens.

Tout cela conduit à une forme de désespoir social qui, en période électorale, mêlant colère et peurs se transforme en vote extrême. Ces rouages nous les connaissons, l'urgence est à les déjouer. Comment ?

C'est assurément l’un des grands défis de la présidence qui s'ouvre. Il exigera vis à vis des territoires ruraux des choix clairs et des engagements concrets.

La filière agricole doit être accompagnée pour retrouver à la fois une juste rétribution mais aussi la confiance des consommateurs. Nouvelles formes de production, plus respectueuses de la nature et gage de qualité, circuits courts sont une part de solution avec les outils afférents comme l'abattoir de proximité d'Autun. Mais, pour répondre à une demande bien plus large, il faut encadrer les étapes de transformation et de commercialisation qui ne correspondent plus qu'à l'intérêt d'une minorité d'intermédiaires. Et le système d'aides européennes doit intégrer ces paramètres, si l'on veut à la fois les rendre utiles et restaurer l'image de cette activité essentielle, pour lui rendre enfin, toute l'attractivité qu'elle mérite.

 Parce que notre ruralité est consubstantielle de l'identité même de notre pays, nous devons :

  • Définir un cadre de développement rural qui nous fait cruellement défaut.
  • Fixer un seuil minimum, différent de régions plus urbaines, en matière de services publics indispensables à la vie locale
  • Définir des soutiens financiers spécifiques pour les communes et intercommunalités qui portent des projets créateurs d'activités et d'emploi.
  • Garantir à travers des maisons médicales de proximité une nouvelle couverture médicale de la population partout sur le territoire national.

Cette politique de solidarité nationale, nous avons su la concevoir et l’appliquer pour d’autres régions. Et c'est aujourd'hui une véritable urgence nationale ! Ces évolutions existent mais restent encore trop souvent timides. Certes, ces dernières années nous avons fermé moins d'écoles, consolidé nos hôpitaux de proximité, créé des maisons médicales, parfois assuré l'éclosion de projets innovants. Il nous faut coordonner ces initiatives, les généraliser. Seule la puissance de l'Etat peut impulser cela en partageant la décision avec les collectivités locales. C'est naturellement une part du projet que je veux pousser à l'Assemblée Nationale dans les années à venir.

Créer activité et valeur, affirmer la solidarité de l'Etat pour casser la logique de désertification, de désespoir et d'extrémisme sont des objectifs que nous pouvons partager. Dans les semaines à venir le débat de la campagne électorale peut nous permettre une part de mobilisation et de choix. Vous pouvez compter sur ma détermination  solidaire à vos cotés.

 

Philippe BAUMEL

Député de Saône-et-Loire

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche