Opinion de gauche

"Et la jeunesse Monsieur Macron ?" s'interroge le conseiller régional Denis Lamard

La composition du Gouvernement est tombée : il n'y a pas (plus) de Ministre de La Jeunesse. Son intitulé, comme d'autres, a disparu avec Emmanuel Macron. Cela rompt avec des décennies d'une tradition, toutes sensibilités politiques confondues, d'un Ministère de la jeunesse souvent adossé aux sports pour traiter les grands enjeux de ceux qui feront la France de demain.

Les jeunes sont pourtant à coup sûr en première ligne dans cette crise que nous traversons. Ils sont ceux qui ont actuellement le plus besoin d'un Etat protecteur et les défis de la jeunesse sont innombrables : l'emploi, la formation et l'apprentissage,  la mobilité et l'autonomie, le logement et la santé, l'aide à l'initiative et l'encouragement de l'entrepreneuriat, la citoyenneté et l'ouverture sur le monde, la fabrique des ambitions et des espoirs.

Il en va de même de la vie associative qui est aujourd'hui également orpheline de ministère. Le besoin de cohésion sociale demeure pourtant si criant, avec des sonnettes d'alarmes tant et tant tirées dans nos quartiers et les récents signaux d'une rare violence des électeurs des zones rurales ! Permettre le vivre ensemble est une nécessité !

Qu'un Secrétariat d'Etat aux anciens combattants ait été reconduit je ne peux qu'applaudir. Du plus loin que je me souvienne je n'ai jamais manqué une seule cérémonie du 8 mai ou du 11 novembre pour honorer la mémoire de ceux qui se sont battus pour notre liberté. J'ai un profond respect pour la patrie et le devoir de mémoire.

Mais que le Ministère de la jeunesse soit enterré cela m'interroge au plus haut point. Notre nouveau Président de la République nous avait habitué à d'autres symboles depuis 10 jours. Je ne comprends pas celui ci.

Ne pas faire de procès d'intention pour autant, il faudra attendre les feuilles de route et lettre de cadrage des Ministres pour voir qui sera en charge et comment seront traitées les questions tant de jeunesse que de vie associative.

Cependant, élevé à l'éduc pop, salarié et militant associatif, en plus d'être élu délégué à la jeunesse, je ne peux que m'inquiéter. La Loi "égalité / citoyenneté" prévoit un rôle de "chef de filât" pour les Régions en matière de jeunesse, la question est de savoir avec qui nous allons discuter ? Avec qui mettre en œuvre nos politiques publiques et quelles mesures concrètes pour nos jeunes ?
 
Denis Lamard
Conseiller régional de Bourgogne Franche-Comté
Délégué à la jeunesse

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche