Opinion

"Politique désastreuse des transports, ici aussi les usagers en supportent quotidiennement les conséquences" pour Europe Ecologie 71

Il faut que la pagaille se mette à Paris pour qu'on parle problèmes de trains. Pourtant écologistes, associations et syndicats dénoncent depuis longtemps les  politiques en matière de transport. Le choix du tout TGV a mobilisé le financement nécessaire pour entretenir et moderniser les réseaux de proximité. La diminution de personnel pour cause de rentabilité dégrade le service public.  Nous voyons nos gares se fermer, les guichets disparaître, les lignes qu'on supprime, les retards qui s'accumulent par manque d'entretien. 

Pour la route pas de problème, les milliards sont disponibles pour des projets pharaoniques comme celui qui vient de voir le jour aux portes de Chalon, véritable aspirateur à camions et grand destructeur de zônes humides.

L’organisation des transports et de la mobilité constitue un des enjeux majeurs de notre société, tant du point de vue social (nous voulons le droit à la mobilité pour tous) qu’économique (de nombreux emplois sont concernés) et environnemental puisque les transports sont responsables du quart des émissions de gaz à effet de serre en Europe. 72% des émissions viennent de la route, 14% du maritime, 12% de l’aérien, et moins de 2% sont émis par les transports ferroviaires et fluviaux, qu’il faut à l’évidence privilégier ! Depuis 1990, l’industrie a baissé ses émissions de 34%, il est scandaleux que les transports aient dans le même temps augmenté les leurs de 30%.

Pour sortir du tout routier, aussi bien fret que voyageur, Il faut des transports en commun nombreux, pratiques d'accès et interconnectés, appuyés sur les structures existantes  pour éviter au maximum de nouvelles coupures dans la biodiversité et la stérilisation des sols. Il faut aussi investir dans un meilleur maillage du territoire car on ne soutiendra pas l’économie sans un réseau efficace, assurant des liaisons avec les lignes régionales.

Pour notre territoire, EELV 71 propose entre autre que 

  • la concertation soit établie entre  les association, les élus locaux et les acteurs économiques et sociaux. Le comité de ligne Dijon-Bourg doit retrouver sa place.
  • l’existence de la ligne de la Bresse assure des trajets Nord Sud pour soulager la voie PLM de la vallée de la Saône, bien chargée.  
  • La VFCEA (voie ferrée centre europe atlantique) permette des correspondances plus rapides pour les bourguignons avec des ouvertures sur des lignes TER à l'ouest de la Bourgogne, à l'est de la région centre et vers Lyon. Une gare de correspondance TER - TGV à Montchanin permettra de raccorder lignes nouvelles et lignes classiques.
  • l’aménagement des nœuds ferroviaires que sont Dijon et la Part-Dieu, pour une modernisation des voies existantes permettant des trains rapides à 220-240 km/h.

 

La majorité actuelle comme la précédente vit l'écologie comme une contrainte et un frein aux bénéfices financiers *. Elle ne mettra pas en œuvre une réelle politique de transports au service de tous si on ne l'y pousse pas. Aujourd'hui comme hier les écologistes seront aux cotés des associations. La défense des transports ferroviaires est indispensables pour la transition écologique, pour le passage d’une économie qui gaspille et altère les ressources naturelles vitales, à une économie durable, qui respecte les grands équilibres indispensables à la vie.

Marie Claude Colin Cordier porte parole EELV 71

Mourad Laoues  porte parole régional EELV

 

*Lorsqu'il était député le premier ministre Edouard Philippe a voté contre la loi  biodiversité, contre la loi sur la transition énergétique soutenant le nucléaire sans plus de réflexion.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche