Politique de droite

Exercice réussi pour Sébastien Martin sur le plateau de France 3 Bourgogne

Le Président du Grand Chalon et coordinateur départemental pour la campagne d'Alain Juppé en Saône et Loire, était l'invité de Lilian Melet dans l'émission "Dimanche en politique".

Sébastien Martin était face à Alain Houpert, Sénateur de Côte d'Or et soutien de Nicolas Sarkozy, Eric Gentis - conseiller régional de l'Yonne et soutien de Bruno Le Maire, Fabienne Cardot - adjointe au maire de Corbigny dans la Nièvre et soutien de François Fillon. Un exercice médiatique  de moins de 30 minutes sous la houlette de Lilian Melet, journaliste de France 3 Bourgogne au cours duquel le soutien d'Alain Juppé  s'en est plutôt pas mal tiré. Face à lui, Alain Houpert, s'est retrouvé quelque peu en retrait, essayant de décrocher l'argumentaire choc en faveur de son challenger, Nicolas Sarkozy. "Aucun chef naturel ne se dégage" a lancé Fabienne Cardot, histoire de rappeler au clan sarkozyste, que l'argumentaire de "celui qui rassemble" n'a pas l'air de faire l'unanimité dans les rangs de la droite. "Il faut parler à tout le monde sans tomber dans le populisme" a rajouté Alain Houpert, avant que Lilian Melet vienne le titiller sur les polémiques distillées par Nicolas Sarkozy en personne.

"Venez voter, prenez le pouvoir !"

L'Appel a été lancé par Fabienne Cardot et Sébastien Martin, avant que le Président du Grand Chalon ne brandisse sa carte d'identité comme seul élément pour participer au vote au vote des 20 et 27 novembre, oubliant toutefois au passage de préciser, la participation financière de 2 euros à chaque tour demandée ainsi que la signature d'un engagement moral aux valeurs de la droite et du centre. Sans doute, une démarche certes symbolique, qui pourrait venir fragiliser la participation. 

"Il faut travailler sur le sérieux des propositions plutôt que sur la forme" a rajouté Sébastien Martin. "N'avez vous pas l'impression que Sarkozy essaye de faire passer les uns et les autres de ses challengers comme des gauchistes" a lancé Lilian Melet. L'occasion pour le Président du Grand Chalon de rappeler le précepte édicté par Alain Juppé "d'identité heureuse". "Il appartient de résoudre les problématiques économiques" avant toute chose, a-t-il répondu. 

Face au missile lancé par François Fillon sur " imaginez vous De Gaulle mis en examen", c'est Alain Houpert qui n'a pas fait dans la dentelle, assurant que "De Gaulle aurait été mis en examen, et attaqué comme les autres par la justice". Une affirmation qui plaira aux Gaullistes à coup sûr. 

Quand à la question, si au soir du 2e tour de la primaire, tout le monde sera derrière le vainqueur, le mot de la fin est revenu à Sébastien Martin, assurant "que les règles du parti sont bonnes quand on gagne mais également quand on perd". 

Un débat relativement serein... dans lequel le Président du Grand Chalon n'a pas oublié de mentionner dans les toutes dernières secondes du générique, le résultat du sondage du jour, donnant Alain Juppé avec 12 points d'avance sur les intentions du vote. 

Laurent Guillaumé

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté