Politique de droite

Florian Philippot vient prêcher la parole Marine Le Pen à Chalon sur Saône

Le Vice-Président du Front National et Euro-député était en visite sur l'agglomération chalonnaise ce samedi. Aux côtés de Sophie Montel et de Lilian Noirot, il a marqué la dernière ligne droite avant les présidentielles de mars prochain.

En prélude à un repas de militants réunis à La Roseraie à Châtenoy en Bresse, Florian Philippot, n°2 du Front National était aux côtés de Sophie Montel, Conseillère régionale et députée européenne, ainsi que de Lilian Noirot, chef de file du parti d'extrême droite dans le département,  afin de tenir un point presse.

L'occasion pour le Vice-Président du Front National de marteler le discours Le Pen à 6 mois quasi jour pour jour du 1er tour des élections présidentielles de mars prochain. Lilian Noirot a été plébiscité par les deux députés européens, saluant "le travail effectué à la tête de la fédération départementale. Un travail de l'une des fédérations dont on entend le plus grand bien au siège". "C'est un appel à la mobilisation générale" qui a été lancée par Florian Philippot alors qu'une petite centaine de sympathisants attendait dans la grande salle. 

"Il s'agit de porter Marine Le Pen à l'Elysée et il nous faut pour celà disposer de plus de 50 % des Français. Il nous faut éviter le Président sortant, le Président d'hier , le  1er Ministre ou le 1er Ministre d'hier" a martelé le n°2 du FN, se revendiquant de la "volonté populaire alors que les autres méprisent  les sans dents ou les ploucs. C'est en dit long sur le mépris total de ce qu'ils qualifient comme de la chair électorale. A nous de remettre le peuple au centre des décisions et pas voter pour des personnalités interchangeables".

Le Brexit... quelques approximations "volontaires" du Front National

Florian Philippot n'a pas hésité un bilan idyllique du Brexit concernant nos amis Anglais, évoquant "une économie dynamique et un chômage qui baisse", faisant même du Brexit, la solution idéale pour la France. Pourtant, le bilan n'est pas aussi idyllique que le numéro 2 du FN le laisse paraître, au point même que les Anglais sont toujours en phase de négociation avec Bruxelles, afin d'adoucir quelque peu le Brexit et de trouver un terrain d'entente. Rappelons que le lancement officiel de la procédure de divorce avec l'Union Européenne interviendra d'ici fin mars. Le départ effectif du Royaume-Uni de l'UE serait fixé à début 2019. C'est dire que les conséquences définitives du Brexit sont encore loin, très loin d'être connues. Alors que Florian Philippot a salué la baisse du chômage lié au Brexit, là encore, il est opportun de rappeler que c'est une centaine de milliers d'emplois liés à l'activité financière de la City qui sont menacés. La Banque Centrale Européenne exigeant que certains services soient localisés en zone euro. Même si les scénarios varient d'un expert à l'autre, il est véritablement trop tôt pour affirmer que le Brexit n'aura eu que des effets bénéfiques sur l'économie anglaise. 

Les valises du Qatar

Surfant sur les polémiques liées aux liens "incestueux" entre le Royaume du Qatar et la France, Florian Philippot a une nouvelle fois réitéré ses accusations sur le rôle du Qatar et ses liens financiers avec la classe politique française, évoquant "les valises qui circulent". Le n°2 n'a pas hésité à fustiger ces liens jusqu'à évoquer l'indépendance des prises de décisions et les interférences politiques. Interrogé par info-chalon.com en retour sur les liens entre le FN et la Russie de part le financement de plusieurs millions d'euros. Florian Philippot s'est contenté de rappeler "qu'aucune banque française ne prête au FN, et que la Russie ne se comporte pas avec les femmes et les homosexuels comme d'autres". Pour autant, de nombreuses voix se sont élevés depuis quelques années, afin de pointer du doigt, l'ingérence du Kremlin dans le financement du FN. Florian Philippot a profité de l'occasion pour demander "à ce qu'une loi oblige les banques françaises à prêter aux partis politiques français". 

Nucléaire, mouvement des policiers,  Gilles Platret et législatives

Sur la question du nucléaire, Florian Philippot n'a pas détaillé les positions du FN même si il a rappelé "l'importance du maintien de la filière du nucléaire garantissant l'indépendance de la France" avant d'évoquer le fait qu'Arnaud Montebourg "soit venu se servir au FN sur la question du patriostisme économique". 

Au sujet du mouvement des policiers, le n°2 du FN s'est amusé à pointer du doigt "la thèse complotiste qui voit le FN derrière. On ne se savait pas aussi fort !  On va réflechir au complot d'après !"

Interrogé par nos confrères sur Gilles Platret et les menus de subsitution, c'est Sophie Montel, qui est montée au créneau, s'amusant à rappeler "que Gilles Platret, conseiller régional, vote 99 % des décisions prises par les socialistes à la région. C'est la caricature de lui-même". 

Sujet crucial également en prévision de l'après-présidentielle, celui des législatives. Lilian Noirot et Florian Philippot ont assuré que  500 candidats sur les 577 avaient déjà été pré-investis. "Toutes les circonscriptions de Saône et Loire étant d'ores et déjà prévinvesties". Lilian Noirot devant à priori être candidat désigné sur la 5e circonscription de Saône et Loire. 

Laurent Guillaumé

Météo locale

Recherche

Mode et beauté