Politique de droite

LEGISLATIVES (4e circonscription de Saône et Loire) - A défaut d'être en marche, Eric Michoux est bel et bien en route vers l'Assemblée Nationale

Devant près de 300 personnes, le candidat indépendant Eric Michoux a sorti l'artillerie lourde pour son lancement de campagne… avec un engouement qui a presque surpris tout le monde.

Il est loin le temps où Eric Michoux se lançait dans les législatives sur cette fameuse circonscription qui lui tient tant à coeur. Malgré les défaites sur les derniers scrutins législatifs, le candidat Michoux ne lâche pas le morceau, signe de sa pugnacité face au défi qu'est celui de se retrouver sur les bancs de l'assemblée nationale. Ce mercredi soir, c'est à Sennecey le Grand, qu'il invitait ses soutiens à le rejoindre. Alors que la salle avait été préalablement coupée en deux, avec un rideau et quelques 150 sièges installés, il aura fallu finalement pousser les murs dans cette salle pour tous, provoquant une réelle surprise, tant pour les invitants que les invités. 

Loin donc ce temps de sa première campagne électorale, où finalement il s'était retrouvé à quatre pour sa soirée de lancement. Une anecdote qui n'aura pas fallu attendre trop longtemps pour qu'elle ressurgisse, provoquant l'hilarité de la salle. 

Côté élus, Eric Michoux a affiché un certain nombre de soutiens dont ceux de Gérard Voisin, député honoraire du Mâconnais et candidat sur la 1ere circonscription de Saône et Loire, Jean-Paul Emorine - Sénateur de Saône et Loire, Daniel Christel - Président UDI de Saône et Loire, Elisabeth Roblot - Vice Présidente du Conseil départemental, Eric Mermet - Vice Président du Grand Chalon et maire de Crissey et de nombreux élus locaux.

Le candidat a réaffirmé ses axes forts sur la problématique de l'économie, de la ruralité et de la famille. Trois angles sur lesquels il entend réaffirmer des positions portées en leur temps par le candidat François Fillon. A ce sujet, Eric Michoux a tenu à rappeler l'engagement de campagne qu'il avait formulé à l'égard des candidatures de Nicolas Sarkozy puis de François Fillon. 

Jean-Claude Bécousse, son suppléant, faute de candidature féminine malgré les sollicitations menées ici ou là, est revenu sur ce lien d'amitié qui unit les deux hommes depuis de longues années. Une raison pour laquelle, le maire de Laives, président de la communauté de communes Entre Saône et Grosne et Vice-Président du conseil départemental de Saône et Loire, a souhaité s'engager derrière Eric Michoux,

C'est Jean-Paul Emorine, qui s'est voulu le plus insicif, dénonçant l'absence de candidature unique sur la circonscription, "un regret" clairement formulé et sur lequel, le Sénateur a souhaité insister face au risque de dispersion des voix, qui profiterait à la candidate socialiste Cécile Untermaier ou à la candidate du Front National. 

Quoiqu'il en soit, c'est une vraie démonstration de force qui a été donnée par Eric Michoux et Jean Claude Bécousse ce mercredi soir. Une démonstration qui devrait soulever quelques irritations dans les camps adverses. 

Laurent Guillaumé

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche