Politique de droite

Pour Nadine Morano, "y'a un seul problème en France... c'est l'islamisme radical"

A Chalon sur Saône, plus de 200 personnes ont participé à la rentrée politique des Républicains de Saône et Loire, en présence de l'Euro-députée Nadine Morano et de Gilles Platret, porte-parole national de Laurent Wauquiez.

Thème emblématique des prises de parole de Nadine Morano depuis plusieurs années, c'est bien l'immigration qui a été au coeur de l'intervention de l'euro-députée LR. Le rassemblement qui marquait la rentrée politique des Républicains de Saône et Loire, présidés par Gilles platret, aura été boudé par les élus départementaux du parti. Aucun d'entre eux n'a fait le déplacement en dehors de quelques élus locaux, dont notamment deux adjoints à la ville de Chalon. Aucun Mâconnais, ni Autunois, ni Bressans n'ont effectué le déplacement autour de Nadine Morano.

Invitée clivante ? Positionnement sur une ligne trop marquée ? Difficile à dire mais en attendant, les faits sont là, le duo Platret-Morano a officié devant plus de 200 militants et sympathisants venus écouter l'euro-députée évoquer la problématique de l'immigration.

"Je me fous de ce que pensent les journalistes"

Les premiers mots de Nadine Morano ont été adressés à la presse dans sa globalité, la cataloguant de "bête" qui se nourrit " de petites phrases". Des propos qui prêteraient à sourire si l'euro-députée n'avait pas été l'invitée des Grandes Gueules sur RMC le matin même et les jours d'avant sur d'autres plateaux médiatiques. Gilles Platret a d'ailleurs plébiscité la personnalité, "j'adore son franc-parler et j'adore encore quand son franc-parler dérange et je vous rassure j'en inviterai d'autres prochainement" a-t-il lancé à l'assemblée. 

"Edouard Philippe, un ancien socialiste... il n'est pas de chez nous ! C'est la gauche caviar !"

Le caviar a été évoqué à maintes reprises ce mercredi soir dans la petite salle Marcel Sembat, collant étroitement à "cette gauche ultra caviar", avant de pointer les dernières décisions gouvernementales, liées à la CSG sur les retraites, l'abaissement de la vitesse sur les routes secondaires, "facile quand on ne prend pas sa voiture". "Ce n'est pas un programme de droite que de mettre fin à l'impôt sur la fortune et d'augmener la CSG sur les retraites, qu'on le dise" ont lancé Gilles Platret et Nadine Morano, s'en prenant à Edouard Philippe ou à Bruno Le Maire.

L'appel à des contre-parties de la part des pays aidés

Déployant son verbe habituel, Nadine Morano est très vite monté dans le ton, réclamant à ce que les pays aidés, principalement les pays Africains "mettent en place un vrai registre d'état-civil avec biométrie et relevés d'empreintes", et de fustiger que "sur les 100 000 demandeurs d'asile, plus de 70 % sont déboutés". "Il faut mobiliser des moyens pour de vraies politiques de reconduites aux frontières", face à ce qu'elle considère comme "une invasion" "alors que pour votre département, cela coûte 6 millions d'euros".

Plaidant pour un "vrai développement de l'Afrique", l'euro-députée a revendiqué "une Afrique qui s'assume et qui arrête de s'infantiliser. Le devéloppement économique devant se faire chez eux en privilégiant les mesures vitales. Et nous aurons des points de croissance à aller chercher là-bas" a-t-elle lancé, oubliant au passage de préciser le pillage organisé des matières premières par les grandes multinationales occidentales.

Elle a rappelé s'opposer "à la politique des quotas migratoires" avant d'évoquer "son profond attachement à l'Europe. Je ne dis pas qu'il ne faut rien changer, je ne dis pas que la sécurisation des frontières est sécurisée à 100 %, il y a des choses à améliorer mais l'Europe est la seule assemblée multinationale qui a su préserver la paix, une paix qui n'est pas forcément naturelle". 

"Ya un seul problème en France..c'est l'islamisme politique et radical"

Pour Nadine Morano, exit les fins de mois difficiles, le souci de trouver du travail rémunéré justement ou le partage des richesses, ya un seul problème en France, c'est l'islamisme politique et radical". "Le problème de l'identité et de la culture est majeur dans notre pays. La laîcité permet de vivre son culte dans le respect de nos lois et nos lois, ce n'est pas la soumission et le développement du voile" avant de pointer le fait "ça ne leur dérange pas de dire que c'est Noël quand il s'agit de ne pas travailler" ou  d'évoquer son refus à la construction de nouvelles mosquées "on est incapable d'en connaître le nombre dans chaque département, prêcher dans quelle langue, avec quel document. Il faut des clarifications sur le sujet". 

S'en est suivi la projection d'une vidéo d'une vingtaine de minutes réalisée par Nadine Morano il y a quelques années au Liban et en Jordanie, avant de céder la parole à la salle. 

Laurent Guillaumé

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche