Politique de gauche

Le bureau fédéral du Parti Socialiste de Saône et Loire lance les primaires de la gauche

Au lendemain de la validation des primaires par le conseil national du Parti Socialiste, la Saône et Loire aussi se lance dans la primaire de la gauche, organisée en janvier prochain.

L'expérience de 2011 et sa réussite avec plus de 3 millions de participants à la primaire de la gauche reste dans la mémoire de tous. Une réussite qui n'est pas étrangère à la volonté des socialistes de poursuivre sur cette lancée. Même concept que celui de 2011, même organisation dans les grandes lignes avec la participation financière de 1 euro/tour et la signature d'une charte d'adhésion aux valeurs républicaines. En 2011, 30 000 Saône et Loiriens s'étaient déplacés pour participer aux primaires de la gauche avec quelques 200 bureaux de vote répartis sur l'ensemble du territoire. Cette année, l'expérience de 2011 aura permis de rationnaliser l'organisation avec 140 bureaux. 

"On est en route"...

... a lancé Stéphane Guiguet, numéro 1 du PS dans le département, précisant que "toutes les interrogations liées à l'organisation ont été levées" et ce d'autant plus que son mentor politque qu'est Arnaud Montebourg, a annoncé ce dimanche, sa participation à la primaire. Une participation qui était loin d'être acquise initialement. 

"Un message de clarification"

Pour le sénateur Jérôme Durain, "la gauche n'a pas renoncé à gagner en 2017. On n'est ni abattu, ni résigné. Il n'est pas question d'avoir un 2e tour entre la droite et l'extrême droite, d'ailleurs je n'y crois pas un instant. Il faut se battre pour la cohésion de notre pays. Seule la gauche est en capacité de maintenir cette cohésion sociale". 

Les candidats à la primaire auront du 1er au 15 décembre pour déposer leurs candidatures avec une primaire organisée le 22 et 29 janvier prochain. 

Pour Nathalie Leblanc, représentante de la motion A, "c'est le lancement d'une phase électorale intense. La primaire, est la garantie de débattre entre nous et avec les citoyens", "la meilleure façon de rassembler et de remettre à jour les règles" pour Philippe Baumel, alors que le clan Montebourg s'est réjoui de voir leur ténor intégrer le dispositif de la primaire.

C'est une année électorale quelque peu atypique qui s'ouvre, entre les primaires de la droite, de la gauche et des écologistes, dans un contexte sociétal très compliqué en France, sur fond de lutte anti-terrorisme. Le niveau de participation chez les uns et les autres demeure la grande inconnue mais à l'image des propos de Philippe Baumel, "on espère le maximum de participation chez tout le monde, il y en va de la légitimité du sortant des primaires". 

Laurent Guillaumé

Météo locale

Recherche

Mode et beauté