Rugby

info-chalon.com était présent pour France Ecosse

La passion c’est quelque chose qui reste en vous et profiter d’un match international de rugby est toujours un moment pas comme les autres.

Certes ce match de rugby France-Ecosse,pour le compte du Tournoi des VI Nations , ne restera pas dans la légende sur le plan du jeu fourni, surtout quand on a pu savourer, le veille, un certain Galles - Angleterre.

Mais qu’importe se retrouver dans une tribune du Stade de France est toujours un moment à savourer avec délice quand on a signé durant 60 ans un licence au sein de la FFR, comme se le fut pour votre serviteur.
Bien sur il a fallu passer toutes les mailles mises en place pour la sécurité après avoir affronter les embouteillages franciliens, mais lorsque vous entrez dans ce stade c’est autre chose.

Ambiance, musique, petits spectacles et l’entrée des joueurs pour un échauffement nécessaire avant toute rencontre, hymnes nationaux repris en coeur et dans le tempo des musiques installées sur la pelouse. C’est beau un stade qui chante que ce soit le magnifique et émouvant « Flowers of Scotland » ou bien évidemment cette « Marseillaise » à l’unisson. Un stade plein comme un oeuf annoncé avec près de 78 000 spectateurs, la cathédrale Stade de France pouvait débuter son office qui a plus ressemblé, en finalité, à une messe basse par le jeu pratiqué de part et d’autre.

Les drapeaux tricolores qui s’agitent à tous les niveaux du stade, des « olas » qui font le tour deux fois et plus, des bénévoles du rugby que l’ont présentent à la mi-temps pour leurs bons et loyaux services à la cause du ballon ovale. C’est beau tout çà et ça sent bon l’amitié, l’esprit que seul le rugby peut encore se prévaloir à la limite d’une religion ou plutôt d’une dévotion à la cause ovale.

Ne changeons rien à cela, même si « l’argent » parfois mal géré ou dépensé sans trop réfléchir, peut provoquer des troubles sur cette planète qui se doit de tourner rond même si son ballon ne l’est pas.
La victoire est là, il fallait que l’équipe de France prouve qu’elle a cette possibilité de gagner histoire d’arrêter le compteur courtes défaites. Mais quelle joie d’avoir repris un peu d’oxygène rugbystique ! Que voulez-vous il y des « drogues » nécessaires pour la survie morale. Laissez-moi remercier publiquement celui qui m’a procuré ces instants de vrai bonheur, je ne donne pas son nom mais il se reconnaîtra.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche