Saint-Marcel

Avec l'Ascension, Antoine Demor et Victor Rossi dressent un portrait acide de la classe politique française

Le duo présentait la Générale de leur dernière production. "L'Ascension" dresse un portrait acide et truculent de la classe politique française. La pièce de théâtre nous plonge dans l'histoire immédiate et joue avec l'actualité politique chaude du moment. Le coup de coeur d'info-chalon.com

Plus d'un an que le duo bosse sur cette pièce de théâtre qui nous plonge dans l'univers cinglant de la classe politique française. Laurent (Antoine Demor) et Brice (Victor Rossi) se rencontrent sur les bancs de l'ENA. L'un est issue d'une famille de grands fonctionnaires, l'autre un provincial sans réseau. L'un dispose déjà d'une lecture de la société emplie de privilèges et l'autre espère changer le monde, "arrêter la coptation et faire une vraie méritocratie". Laurent et Brice, la Licorne de Laurent vont évoluer au fil des minutes dans cet univers qui les plonge de plus en plus dans la manipulation de l'autre, de le sarcasme, dans les faux-semblant et dans la manipulation... toujours dans le seul esprit de l'intérêt individuel. Les dialogues sont plein de justesse et d'ironie et sonnent comme des vérités imparables pour les spectateurs que nous sommes. 

"Eh Guevara faut canaliser ta fougue !" / "La seule variable, c'est ta place dans l'addition et la leur c'est après la virgule !"

Antoine Demor et Victor Rossi cognent fort mais juste. Chaque flèche est décochée avec brio tout au long de la pièce sans temps mort, sans aucun moment  qui vous laisse un laps de temps pour regarder votre montre. "Je connais le pouvoir, j'ai été élevé dedans, c'est un gain de temps fabuleux" lance Laurent (Antoine Demor) face à Brice l'idéaliste qui très vite va sombrer dans les bas côtés du pouvoir. Ils s'attaquent au cynisme des grands fonctionnaires et à leur compréhension des équilibres nationaux et internationaux, jusqu'à ce que Laurent (Antoine Demor) soit envoyé tout d'abord comme collabarateur au conseil départemental de la Creuse,"l'Afrique sans le soleil, une région morte vivante placée sous défribilateur humain". C'est le début de l'Ascension. Après s'être débarassé à coups de lettre anonyme du maire de Guéret, Laurent devient l'Homme fort, s'empare de la mairie, puis de la circonscription en qualité de député socialiste. Brice quant à lui passe par la case de la Cour des Comptes, comme le Saint Graal après être sorti dans le Top 10 du classement de l'ENA.... Et puis la réalité du billet de banque s'impose par elle-même... Brice succombe aux appels du pied avant de s'emparer du Grand Paris... C'est le début d'un pas de plus vers les enfers !

On a adoré... Pour le reste, ne ratez pas l'occasion d'assister à la prochaine représentation... 

"J'ai gagné des tailles de pantalons plus vite que le PS perdait des adhérents"

"3 semaines pour que le maire démissionne, 3 heures pour que je m'installe"

"Député, maire et Président d'agglo, je peux manger 10 fois par jour.. du coup j'ai tout le temps faim"

"train, avion, voiture, on ne peut venir à bout de ça avec une seule vie"

"J'imagine la connerie du Préfet pour avoir fini à Guéret"

Laurent Guillaumé

 

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté