Saône Doubs Bresse

Ciel : rencontre avec Daniel Ratte, un maire réconciliant tradition et modernité

Vendredi, Daniel Ratte, le maire de Ciel, sera naturellement là pour l’inauguration de l’EHPAD Nicole Limoge situé sur sa commune. Info-chalon.com l’a rencontré après avoir précisément observé que, depuis pas mal de temps déjà, la commune de Ciel se couvrait d’engins destinés à réaliser de nombreux travaux.

Daniel Ratte le confesse volontiers, il fait partie des « maires heureux ». Et pas seulement parce que, vendredi après-midi, un premier établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (l’EHPAD Nicole Limoge) va être inauguré à Ciel. Maire depuis 2008, il est heureux parce que, à force de ténacité, les projets de son équipe municipale finissent par sortir littéralement de terre et que la commune de Ciel s’avère un peu plus chaque jour en phase avec son époque, tout en demeurant fidèle à ce qu’elle a toujours été : rurale*. A l’image de son maire d’ailleurs. Car si Daniel Ratte est un homme profondément attaché au monde agricole et à la ruralité, c’est un homme connecté, au fait des dernières innovations technologiques. Un homme dans lequel se réconcilie tradition et modernité, notamment quand il dégaine devant vous son ordinateur portable ISAGRI® pour cliquer sur des raccourcis, comme par exemple celui l’amenant directement sur info-chalon.com.

C’est aussi un homme méthodique, Daniel Ratte. Un homme qui « aime bien quand les choses sont bien mises au point », « savoir qui fait quoi », d’où, sans doute, son travail en bonne intelligence avec la communauté de communes Saône Doubs Bresse présidée par Philippe Decroocq, dont il est d’ailleurs le vice-président aux finances. Probablement un héritage de ses fonctions de cadre supérieur au sein du Crédit agricole, établissement bancaire où il a débuté comme guichetier, avant d’être un jour choisi pour organiser et commander aux hommes.

Car Daniel Ratte est aussi un homme issu du secteur privé, que « les règles dans le public » irritent  passablement d’ailleurs. Parce qu’il n’y a jamais « rien de net ». Et ce citer derechef cette lagune dont il est en train de doter la commune, celle dont Ciel disposait devenant trop petite**, sa population ayant augmenté en raison de son excellente situation géographique - la mettant quasiment à équidistance de Beaune, de Chalon, de Seurre et de l’aéroport de Dole-Tavaux – et d’une politique visant délibérément à favoriser l’implantation de nouveaux habitants***.  Pour aboutir, c’est-à-dire pour que les travaux commencent enfin, Daniel Ratte a bataillé. Contre des lois et des réglementations « qui changent tout le temps ». Pour avoir des informations, qu’il va parfois chercher jusqu’à Beaune, dans des conférences sur l’environnement. Pour remplir, aussi, les critères lui permettant d’obtenir le maximum de subventions et, par conséquent, diminuer le montant de la facture pour les contribuables de Ciel. Pour cette lagune, un peu comme Sisyphe, condamné à faire rouler éternellement jusqu'en haut d'une colline un rocher qui en redescendait chaque fois avant de parvenir au sommet, Daniel Ratte a en effet maintes fois fait repris son dossier de la lagune, pour le faire avancer. Mais, à la différence de Sisyphe, Daniel Ratte a semble-t-il réussi à conjurer la malédiction. Si bien que ce n’est plus qu’une question de temps avant que Ciel ne dispose enfin d’une lagune adaptée à sa population, qui plus est dotée d’une zone végétalisée, avec des roseaux.

 

(La future zone végétalisée)

Quand il vous parle de cette lagune, Daniel Ratte ne cache pas quelques agacements vis-à-vis des administrations d’Etat. Mais, au fond, il aime l’adversité et la difficulté, Daniel Ratte. On pourrait même écrire que, quelque part, ça l’éclate de réussir quelque chose de difficile.

En attendant, le prochain « challenge » qui lui fournira sa dose d’adrénaline et sans doute de tracas, il inaugurera vendredi ce premier EHPAD, dont il est manifestement fier. « Premier EHPAD », car Ciel est en train de se doter d’un deuxième EHPAD, doté d’un parc d’un hectare et aux alentours duquel vont s’implanter des commerces, du « locatif OPAC » (10 logements de type T2, T3 et T4), organisme de construction auquel la commune a cédé du terrain pour l’euro symbolique.

(L'EHPAD qui sera inauguré vendredi)

Samuel Bon

*Ciel est, d’après Daniel Ratte, une commune fondamentalement agricole. En effet, sur 1719 hectares, 1534 sont consacrées à l’agriculture.

**Ciel avait une lagune, dans l’endroit le plus bas du village. Son potentiel était de 400 « équivalent habitant » (résultat d’un extrait sec moyen de ce que rejette un humain ; une unité de mesure conçue pour tenir compte du fait que les rejets d’un nourrisson ne sont pas les mêmes que ceux d’un homme de 35 ans, en pleine fleur de l’âge). Avec l’augmentation de la population et la construction de 2 EHPAD (en termes d’ « équivalent habitant », les EHPAD ont un coefficient multiplicateur, en raison du personnel les entourant et des personnes les visitant), elle devenait trop petite. La nouvelle, elle, sera de 1 208 « équivalent habitant ».

***En 2007 (chiffres INSEE), Ciel comptait 591 habitants. L’an dernier, elle en comptait 729. Un chiffre n’incluant pas les personnes vivant actuellement à l’EHPAD Nicole Limoge, ni le fait qu’un 2ème est en cours de construction, que 10 logements sociaux sont également en construction, ni que 3 parcelles de terrain à bâtir sont en vente, ni même que 6 parcelles sont en accession à la propriété.

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche