Saône et Loire

Pour une mémoire des réfugié(e)s

À la fin de l’année 2015, Patrice Dubosc, clunysois, s’engage, dans le soutien aux femmes réfugiées en France, particulièrement dans les camps du Nord, à travers plusieurs actions. Aujourd’hui, c’est à un travail de mémoire qu'il voudrait contribuer, celle du drame vécu par ces femmes qui, seules, avec leur famille ou leurs enfants, ont dû quitter des pays où leur vie était menacée.

Communiqué :

" Le projet : constituer une mémoire vivante des exilés du Centre d'hébergement d'urgence d'Ivry-sur-Seine à la fin des années 2010

Je voudrais donc poursuivre mon modeste engagement, mais avec cette fois d’autres moyens et une autre ambition : celle de recueillir les récits de vie de personnes arrivées miraculeusement jusqu’à nous et qui sont à un moment de leur existence où tout peut encore, à tout moment, basculer.

Or, ce centre d’hébergement d'Ivry me semble tout à fait propice pour commencer à recueillir leur parole. Tenter de saisir et retenir ce moment de leur histoire.

Pour cela, il faudra aller à la rencontre de ces populations et commencer à tisser des liens. Ce n’est qu’à cette condition, une fois la confiance établie, qu’il sera possible d’envisager la suite de notre projet. Commencer par les écouter raconter la vie au loin, la guerre, la famille, la vie d’avant quittée sans doute pour longtemps, le voyage, les rencontres, les morts, les amis, les ennemis, ce qu’il est si difficile de raconter... 

Ce n’est que dans un second temps, pour celles et ceux qui le désireront ou le pourront, que l’idée de garder une trace de tout cela prendra ou non un sens.

Une première phase du projet, ne cherchant pas à dépasser une centaine de témoignages, me semble donc déjà très ambitieuse. À plus long terme, cette collecte, dont la dimension patrimoniale est évidente, constituera un fond, une mémoire vivante pour des travaux de recherche, tout un travail d'information, d'explication, de transmission, en particulier à destination des jeunes publics.

Il faudra donc du temps (beaucoup), des moyens humains pour y travailler (traductrice, psys, etc.), une certaine expérience de l’écoute, mais également des moyens matériels (caméras, son, etc.), un environnement à long terme (disques durs, serveurs, site dédié, etc.), un lieu d’enregistrement.

Nous avons donc besoin de vous ! Pour en savoir plus :  https://www.cotizup.com/pourunememoiredesrefugies/

D'avance une grand MERCI pour votre engagement et votre soutien !"

Patrice Dubosc a également organisé l'été dernier une "traversée de la nuit" dans le village de Donzy-le-National (près de Cluny) - avec débat, concerts, expo, projections de films - au profit des réfugiés.

Texte et photo  : Communication Patrice Dubosc

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche