Sport

Olivier et Romain l'ont fait !

Deux chalonnais participaient au marathon de Paris

Parmi les 57000 participants au marathon de Paris 2017, deux maillots bleus floqués aux couleurs de la Ville de Chalon s/Saône et portant le dossard n° 72114 et le n° 71936. Deux illustres inconnus parmi tant d’autres, noyés dans la vague humaine. Dimanche dernier, Olivier et Romain, deux Chalonnais participaient à leur 1er marathon, à la galère du bitume. Il y avait certainement d’autres chalonnais, mais les deux compères nous ont contacté afin de nous faire partager leurs émotions.

Olivier (Carel) ou « Papy Paddy » allait terminer à la 34360e place en 4h58’, il nous raconte : »Je voulais me lancer un défi avant mes 50 bougies. Me prouver que j’étais capable de courir et surtout de terminer une telle distance. Mes amis m’ont pris au mot et mon offert l’inscription à cette course mythique comme cadeau d’anniversaire. Je cours depuis trois années et j’ai participé avec mon ami Romain, à la corrida des lumières, au relais des roses et tout dernièrement aux 10kms de la côte chalonnaise. Une belle mise en jambes mais le risque d’une entorse était présent qui aurait pu me priver d’une participation la semaine d’après à Paris. Participer à un marathon cela nécessite une certaine préparation. Trois mois avant le jour J, ce sont trois entrainements par semaine et un régime alimentaire. Rien que par rapport à ma famille, mes amis venus m’encourager, je me devais de terminer la course. Je ne devais pas décevoir, je l’ai fait. Avoir terminé, c’est une certaine fierté personnelle même si je m’étais fixé l’objectif de terminer en moins de 4h30. Même si j’ai souffert entre le 32e et 40e kilomètre; plus de jambes et que tu penses un instant abonner, le mental reprend le dessus et le flot de coureurs te porte et t’entraine et quand tu vois tes amis qui t’encouragent et les milliers de spectateurs, çà te donne des frissons. C’est vraiment une course où la solidarité règne, une course humaine. Et il n’y a que dans le sport que l’on peut retrouver cette sensation. C’est beaucoup d’émotion à l’arrivée, j’ai un peu craqué. Je suis prêt à refaire l’expérience. »

Romain (Deléglise) ou « Captain Guinness » terminera à la 21445e place en 4h16. »Je ne suis pas vraiment un sportif à la base. Cela fait onze ans que je pratique la course à pied. J’ai participé à bon nombre de courses, dont le relais des roses et la corrida des lumières avec mon ami Olivier. Je m’étais lancé ce défi de faire la marathon de Paris. Les potes m’ont pris pour un fou. Je voulais donc leur montrer que je pouvais le faire. J’avoue sincèrement que je rêvais de participer au marathon de Paris. C’est une course extraordinaire où des milliers de spectateurs t’encouragent. Cela permet aussi de visiter la capitale d’une toute autre façon même si après quelques dizaines de kilomètres on ne pense plus qu’à une chose : que çà se termine et franchir la ligne d’arrivée. La chaleur a joué un rôle au fil des kilomètres et il fallait bien s’hydrater. Tout comme Olivier, c’est dans les dix derniers kilomètres que j’ai souffert le plus, les jambes ne me portaient plus, mais tout comme lui, je me suis dit qu’il fallait que je termine, que je n’étais pas venu pour rien. Je termine en 4h16, mais peu importe, j’ai franchi la ligne. Certainement grâce aux amis et au public venus nous voir j’ai continué et terminé la course. Je dirais pour ma part, j’en ai terminé avec ce calvaire.»

A l’unisson : »C’est notre victoire. C’est notre souvenir à nous deux et nos amis. Des courses comme celle-là çà rend humble. Nous étions ensemble et nous avons partagé cette une belle expérience!"

Les deux compères ont réussi leur pari et ils s’en souviendront certainement très longtemps.

En regardant la photo : Olivier (à gauche) et Romain (à droite) prêts au défi

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche