Chalon sur Saône

Rencontre avec Yanis Sabbane, B-Boy pré-sélectionné pour les Jeux Olympiques de le Jeunesse de Buenos Aires 2018

Terreau fertile pour danseurs confirmés de Hip-Hop, la ville de Chalon-sur-Saône est bien partie pour être représentée aux JOJ de Buenos Aires, qui se tiendront en 2018. Les explications d’info-Chalon.com.

Le 6 décembre 2016, la commission exécutive du Comité International Olympique (CIO) a accepté l’admission de 3 nouveaux sports au programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) qui auront lieu à Buenos Aires, en 2018.

Lesquels ? La danse sportive, le karaté et l’escalade sportive. Une décision qui traduit tout simplement un objectif du CIO et du comité d’organisation de Buenos Aires 2018, à savoir mobiliser la jeunesse,  en proposant un ensemble de sports novateurs, universels et urbains, considérés comme particulièrement attrayants pour les jeunes.

Entièrement nouvelle au programme, donc, la danse sportive va donner un avant-goût de ce qui attendra les athlètes aux JO de 2020, à Tokyo. Elle comprendra 3 épreuves de breakdance sous forme de battles : masculine, féminine, par équipes*. Et figurez-vous que la ville de Chalon-sur-Saône - d’où proviennent des danseurs de Hip-Hop renommés comme Karim Beddaoudia, Abdelkader Benabdallah ou encore Ryad Fghani (désormais directeur artistique du Pockemon Crew) – est très bien partie pour être représentée en danse sportive aux JOJ de Buenos Aires 2018. En effet, Chalon, c’est désormais la ville d’une étoile montante de ce qui est dorénavant une discipline olympique. Cette star, elle a été repérée par Rachid Kassi, co-directeur artistique de la Compagnie chalonnaise TSN (« Tout simplement Nous »), avec Jérémy Pirello. Cette étoile, retenez bien son nom, elle s’appelle Yanis Sabbane.

Yanis aura 16 ans en décembre et, info-chalon.com a pu s’en rendre compte à l’occasion d’une démonstration privée, il break déjà comme un futur dieu du Beat et de la Battle, qu’il définit comme « un affrontement violent mais amical, une guerre à la fin de laquelle on ‘’check’’ ses adversaires ». Autrement dit, un combat artistique et musical à l’issue duquel on salut ses compétiteurs en leur tapant dans la main, guidé par un esprit proche de celui du théâtre d’improvisation, « où l’on fait consciemment semblant d’être en compétition pour les gens qui nous regardent » (Thomas Vieublé**).

S’il « déchire sa race » quand il break, Yanis, c’est sans doute parce qu’il danse depuis qu’il a 5 ans et, aussi, s’entraîne sérieusement chaque jour depuis 2 ans. Ce qui, au passage, en fait d’ores et déjà ce que l’on appelle un « B-Boy » confirmé : un Breaker Boy. Une catégorie dans laquelle qu’il entend d’ailleurs tenir la dragée haute à ses compétiteurs, lors des JOJ de Buenos Aires 2018. Car, ayant foi en lui et en ses capacités, Yanis Sabbane a candidaté pour être en lice, en envoyant une vidéo de 30 secondes montrant ce qu’il sait (très bien) faire***. Il a même été pré-sélectionné, avec 9 autres jeunes, dont 2 autres bourguignons.

A la fin, sur les 10, ils ne seront plus que 6 et Yanis espère bien être de ceux-là. Pour y arriver, Yanis n’est pas seul. En effet, pour l’épauler à chaque instant du parcours d’obstacles qui l’attend, Yanis peut compter sur une sorte de Jimini Cricket ne dissimulant pas sa joie d’avoir trouvé une « pépite », un jeune très « précoce » : Rachid Kassi, ainsi que la compagnie TSN et, surtout, celui qui fut son professeur de danse à Saint-Léger-sur-Dheune et lui a tout appris, Jérémy Pirello. Il peut aussi compter sur Habib Bechairia, le gérant de la Family Food, à Chalon-sur-Saône. Issu de la Fontaine-au-loup, Habib Bechairia était parti mener sa vie sur Lyon pendant 15 ans, avant de revenir « aux sources », pour investir dans le restaurant qu’il fait tourner depuis presque deux ans. Une affaire qu’il tient afin de gagner de l’argent pour vivre of course, mais aussi pour apporter sa pierre à l’édifice social, en donnant financièrement des coups de pouce à des jeunes prometteurs, comme par exemple Yanis Sabbade. Derrière lui, Yanis pourra aussi compter sur DDS (« Drôle de style »), un collectif de jeunes danseurs chalonnais rassemblés pour faire valoir la culture Hip-Hop et dont il est membre, et HDMI team.

Dès le 14 octobre, Yanis Sabbane sera à Lille, pour une semaine de préparation à la sélection des 6 finalistes, qui aura lieu en Allemagne. Et, s’il en est, et l'on ne voit pas pourquoi ce ne serait pas le cas, il aura bientôt le plaisir de découvrir… le Japon :-)

Samuel Bon

(Photo en Une, de g. à d. : Rachid Kassi, Yanis Sabbane, Habib Bechairia)

 

*Pour un aperçu :

https://www.youtube.com/watch?v=9tG-xwv0kw0

**Lire l’article d’info-chalon.com :

http://info-chalon.com/articles/culture/2017/09/07/32280/thomas-vieuble-cheville-ouvriere-de-la-troupe-d-improvisation-gergotine-est-pret-a-vous-transmettre-le-virus-de-l-impro/

**Voir la vidéo en question : https://www.breakingforgold.com/contest/1/entry/797

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche